Blog du Parti Socialite :

Amiens et Métropole Groupe PS

Conférence de presse – 05/10/2017 – intervention de Maryse LION LEC

Une politique culturelle illisible et sans véritable ambition.

Au niveau de la forme du document, ce bilan à mi-mandat, réalisé par la Majorité est un véritable pêle-mêle d’actions présentées de façon désordonnée avec des juxtapositions assez surprenantes. Par exemple, dans le chapitre 2 «  La ville qui rayonne », on trouve à côté des sportifs qui font parler d’Amiens, la Wifi en liberté en centre ville, 550 jours d’animation gratuites, Trois clusters pour promouvoir les fichiers d’excellence, et enfin rendre la rue piétonne aux commerces…

Cette présentation d’actions en vrac ne permet pas d’avoir une lecture précise des  politiques  publiques mises en œuvre et qui sous-tendent ces différentes actions, ni de mesurer la volonté des élu-e-s d’agir dans des domaines tels que l’emploi, l’innovation et le numérique qui représentent des enjeux majeurs pour notre territoire et sa population.

Autre illustration de ce manque d’éclairage sur les politiques développées : dans le domaine de la culture, toujours dans le chapitre, « la ville qui rayonne » : Boites à lire, un succès. Ces 6 « mini bibliothèques », pour reprendre la présentation du document, invitent les passants à partager, emprunter, déposer des livres, revues, etc. …

Ces boites à livres sont utiles pour certains, je n’en doute pas, mais elles ne suffisent certainement pas, à elles seules,  à favoriser durablement  le développement de la lecture sur notre territoire, en particulier auprès des publics jeunes auxquels on doit donner le goût de la lecture, les former à la citoyenneté et prévenir et lutter contre l’illettrisme.

Pour mener à bien ces missions, le Ministère de la culture  met en place des partenariats avec les collectivités et les acteurs associatifs. La Métropole devrait s’en saisir  pour développer une véritable politique de la lecture en lien avec les bibliothèques municipales qui  semblent devoir être soutenues et accompagner   pour passer enfin à l’ère du numérique, à l’image de ce qui ce fait dans d’autres  métropoles telles  Le Havre.  Là encore notre Métropole devrait s’en inspirer !

Toujours dans le domaine de la culture et notamment dans le cadre de l’éducation artistique : alors que les dispositifs  « Orchestres à l’école » sont de bonnes initiatives qui marchent bien, les actions « Théâtre à l’école » et les contrats  locaux d’éducation artistique présentés dans le document sont à revoir. Cofinancés par la DRAC et la Métropole à hauteur de 12h/an (600euros), ils n’offrent pas, selon les acteurs culturels, les conditions satisfaisantes  de découverte et de pratique pour les enfants et ne permettent pas aux artistes intervenant de remplir leur mission.

A l’heure où le Premier Ministre  vient de remettre à la Ministre de la Culture une feuille de route qui insiste sur la transmission des pratiques  artistiques à l’école et qu’une enveloppe de 114 millions d’euros est prévue pour l’éducation artistique et culturelle dans le budget 2018 de l’Etat (soit + de 35 M par rapport à l’an dernier), il est  indispensable que la Métropole s’informe et fasse preuve de plus d’ambition pour développer son programme d’éducation artistique et culturelle.

Rappelons  que la culture est un des moyens d’assurer la cohésion sociale et de réduire les fractures entre les citoyen-n-e-s. Beaucoup de gens estiment encore, pour des raisons sociales,  que la culture n’est pas faite pour eux.

A mi-mandat , il est indispensable de donner plus de lisibilité à la politique culturelle de la Métropole avec l’ambition de favoriser l’accès à la culture pour toutes et tous.

Groupe Socialiste René Anger, Maryse Lion-Lec, Françoise Berger, Jean-Pierre Hadoux

+ d'infos